Retour d’expérience des offices de tourisme

Les offices de tourisme accueillent les visiteurs et répondent à leurs demandes que ce soit en accueil physique, téléphonique ou via mail. Ils ont également la mission de promotion de leur territoire. Au contact direct des visiteurs et du tissu local, ils sont experts de leur destination. Nous avons demandé à quatre de nos experts ardennais de nous éclairer sur leurs visions des touristes randonneurs.

Pouvez-vous nous parler des demandes que vous avez à l’accueil de l’office de tourisme et qui concernent la randonnée pédestre (chiffres par rapport aux autres demandes, types de demande, types de visiteurs) ?


Pour l’ensemble des offices de tourisme interrogés, la demande est soit en stagnation, soit en augmentation. Par exemple, la part des touristes randonneurs dans la globalité des demandes est passée de 2% en 2019 à 7% en 2020 pour l’OT Charleville-Mézières Sedan en Ardenne. Pour les Crêtes Préardennaises et Val d’Ardenne Tourisme, depuis la sortie du déconfinement, on observe une nette augmentation des ventes de topoguides de randonnée.

Trois types de profils sont observés par nos experts : les familles avec enfants, les retraités qui recherchent des promenades tranquilles (sauf les expérimentés) et les couples qui cherchent des randonnées sportives et longues (+15km). Ils viennent de toute la France mais surtout des agglomérations proches et de Belgique. Ils recherchent le contact avec la nature (sans voiture, y compris sur la voie verte) et se laissent facilement attirer par une activité culturelle complémentaire. Ils souhaitent randonner à proximité de leur hébergement.

Quelle analyse tirez-vous de la fréquentation des pages dédiées à la randonnée pédestre sur votre site internet ?

Pour tous nos experts, l’intérêt des internautes pour la randonnée est grandissant sur leurs sites. La part des pages dédiées à la randonnée augmente pour tous. Pour Val d’Ardenne Tourisme, on voit nettement que les pages de randonnée ont été très peu consultées durant le confinement mais qu’elles ont très vite explosé pour rattraper, voire dépasser le chiffre de 2019.

Marc Suméra de Vallées et Plateau d’Ardenne nous informe que l’application Ardenne Sports Nature VPA a été téléchargée 1700 fois depuis sa création, ce qui est un chiffre supérieur au téléchargement des autres espaces trail (appli Trace de trail), y compris ceux situés en zones de montagne.

Sébastien ORTEGA DUBOIS nous rappelle que les internautes peuvent se renseigner sur la randonnée via d’autres plateformes comme Visiorando ou Cirkwi, dans ce cas, les offices de tourisme ne peuvent pas les comptabiliser.


Avez-vous constaté ces dernières années des changements au niveau de la demande client concernant la randonnée pédestre ?

Nos experts sont unanimes, les demandes pour la randonnée augmentent. Les visiteurs l’ajoutent à leurs séjours, au départ plutôt culturel, ou bien recherchent clairement un retour à la nature.

Mégane Dardenne et l’équipe de Val d’Ardenne Tourisme viennent préciser ce changement : ce qui est évident, c’est que la randonnée n’est plus le fait de personnes expérimentées. Les familles sont de plus en plus présentes, elles recherchent des randos ludiques, de découverte (environnement,
histoire, légendes). Marcher devient un motif principal d’activité de vacances pour le public famille, et ça, c’est nouveau !

Que pensez-vous qu’il soit essentiel de faire évoluer en Ardennes concernant la randonnée pédestre ?

Un balisage au top ! C’est bien la première réponse de nos offices de tourisme, qui reçoivent souvent les commentaires des randonneurs ravis par les paysages mais pas toujours de leurs expériences. Cela comprendrait une harmonisation des balisages, un contrôle régulier. La durabilité des supports de balisage est bien sûr citée, comme malheureusement la dégradation. Plus globalement, la cohabitation des pratiques dans la forêt est un sujet à travailler dans le cadre d’une stratégie globale.

Proposer des documents pratiques et à jour, précis sur les itinéraires, les points d’intérêt et les services. Là encore, nos experts sont tous d’accord, ils aimeraient pouvoir fournir à leurs touristes randonneurs des documents permettant de randonner malin, sans risque de se perdre ou de rater quelque chose.


Enfin, pour améliorer la proposition touristique du département, ils nous confirment la nécessité de proposer des séjours en lien avec les demandes observées : longs parcours (voire sur plusieurs jours et transfrontaliers) avec des hébergements marchands à proximité pour les randonneurs
expérimentés, le développement des circuits pour les familles. Des animations de rando accompagnées fonctionnent très bien sur les Crêtes Préardennaises par exemple, mais il serait possible d’aller plus loin en proposant des fêtes autour de la randonnée pour attirer des randonneurs
sur de grands rendez-vous.